Actualités

VENDANGES DU BERLIGOU A COUERON EN DEUX ACTES 17 ET 26/O9/16

La parcelle  vigne de  Berligou du parc Joseph Bricaud a été vendangée cette année en deux séquences correspondant à la récolte destinée à l’élaboration des vins rosés -samedi 17 sept. – et 9 jours plus tard à celle destinée à la vinification en rouge.

Tous les voyants étaient au vert samedi 17 septembre pour les vendanges de la parcelle de Berligou du parc Joseph Bricaud à la Chabossière. Les contrôles de maturité effectués la veille promettaient un titre alcoolique potentiel proche de 12° avec une acidité totale idéale de 4,2 g/l ; l’état sanitaire des raisins était parfait et l’humeur était joyeuse dans l’équipe de coupeurs qui s’était déplacée pour l’occasion . Seule ombre au tableau, les volumes de vendanges récoltés beaucoup plus faibles que l’an passé. Selon les premières estimations une perte voisine de 40% des volumes en rosé est attendue, ce qui est un moindre mal par rapport à certaines situations rencontrées aujourd’hui en vignoble nantais. Une fois les 4 comportes récoltées, un vigoureux éraflage a été opéré avant que la vendange soit mise à macérer dans des cuves appropriées. Cette macération pré-fermentaire sera effectuée en chambre froide à 6°C avant un pressurage prévu lundi matin. A l’issue de l’extraction du moût, un débourbage de 24H est prévu ; les jus clairs seront ensuite mis à fermenter à partir d’un pied de cuve composé de levures autochtones sélectionnées. La température de fermentation sera réglée en linéaire sur toute la durée à 16°C.

La seconde partie de la parcelle  a été vendangée lundi 26 eptembre par un soleil radieux . Un état sanitaire parfait, un titre alcoolique en puissance de 13°2 soit plus d’un degré acquis supplémentaire par rapport au rosé ramassé 10 jours auparavant ; un vrai bonheur avec pour seule ombre au tableau, de faibles rendements, moitié moins importants qu’en 2015. Les vinifications prévues seront découplées avec un lot conduit de manière traditionnelle – macération en vendange entière avec ensemencement par un pied de cuve (levures autochtones)- et un autre lot avec éraflage, chauffage de la vendange macérée et utilisation d’une levure locale sélectionnée. La composition des moûts révèle de fortes en azote ammoniacal ce qui se traduit actuellement par des cinétiques fermentaires extrêmement rapides.

Voir aussi les articles parus sur Ouest-France 19/9 et Presse Océan 28/9.

14361288_887713668039799_7449708927670377781_o14362709_887713544706478_81967379029765413_o

Mots-clefs :, , , , ,

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Christ Gloire des Nations |
Sur la route de Lawspet |
"Cercle de l'Amit... | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNACITA-ISTRES
| COS toujours...
| livr'ados