Poèmes

Poème : AU CABARET de Gabriel Vicaire

Quand,
        au cabaret, assis sous la treille,

        J’ai mon verre plein à côté de moi,

        Sans mentir je suis plus heureux qu’un roi ;

      Si le vin m’endort, l’amour me réveille. Poème : AU CABARET de Gabriel Vicaire dans Poèmes vicaire_100

    Holà
    ? Jean Lemoine, il sonne midi

A mon estomac ; lève-toi, mon brave.

Va·t’en voir s’il reste au fond de ta cave

De ce rejinglard de l’autre jeudi.

      Jean
  Lemoine est lent comme une écrevisse.

Mais Dieu ! que sa fille a bonne façon,

Lorsqu’elle vous dit :  » Mon gentil garçon,

Que faut-il c »ans pour votre service ? « 


Son  rire d’enfant, sa douce beauté

N’ont pas leurs pareils dans notre commune.

Elle efface tout comme un clair de lune

Pâlit en regard du soleil d’été.


Sa vertu d’ailleurs n’est pas trop farouche.

Un baiser, Dieu sait, est bientôt donné,

Et quand le vieux Jean a le dos tourné,

On peut l’embrasser en plein sur la bouche.

Rien ne vaut cela dans tout l’univers.

Oh ! le joli vin qui sent la framboise

Et le fin morceau que cette matoise

Qui m’a déjà mis la tête à I’envers !

Que
faut-il pour être heureux en ce monde ?

Avoir à sa droite un pot de vin vieux,

En poche un écu, du soleil aux yeux,

Et sur les genoux sa petite blonde.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Christ Gloire des Nations |
Sur la route de Lawspet |
"Cercle de l'Amit... | Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNACITA-ISTRES
| COS toujours...
| livr'ados