Historique

la culture du Berligou au XVème siècle

Un intéressant article paru dans l’Ouest Eclair du 30 juillet 1935  (n° 14145,  p.4) évoque une particularité spécifique du mode de culture du Berligou près de Couëron . C’est Jean de Camiran, par lequel on doit par ailleurs  le sauvetage de ce plant,  qui nous explique dans cet article  » A  l’époque de Jean V on recommandait aux vignerons de Saint Herblain pour la parfaite façon des clos de Berligout plantés en rouge de Bourgogne, de choisir les terrains les plus caillouteux, de ne pas retirer les cailloux,  et même de remettre dans les planches  tous ceux que l’on avait à portée des clos  » .

2 observations :

1. On voit  déjà cette époque  les soucis de qualité apporté dans le choix des parcelles de vignes de Berligout. Nul doute que le vin qui en était issu devait être excellent.

2 Comme on pouvait s’en douter l’apport du Berligout a dû s’opérer en plusieurs étapes ; Jean V élevé par Philippe le Hardi (duc de Bourgogne)  ayant été vraisemblablement le premier à l’introduire en Pays nantais avant que cinquante ans plus tard

François II ne l’implante dans son fief de Beaulieu après avoir reçu quelques ceps des mains de Charles le Téméraire.

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Christ Gloire des Nations |
Sur la route de Lawspet |
"Cercle de l'Amit... | Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | UNACITA-ISTRES
| COS toujours...
| livr'ados